Mise en valeur des espaces verts
au sein des collectivités
Citoyens et espaces verts en harmonie…
une société florissante





  •           JOYEUSES FÊTES!




  •           GAGNANTS 2017




  •           GAGNANTS 2017




  •           GAGNANTS 2017




  •           GAGNANTS 2017

Critères d’évaluation

Collectivités en fleurs est un programme national s’adressant à des centaines de collectivités à travers le Canada et à l’étranger.

L’évaluation, effectuée par des juges bénévoles pendant les mois de juillet et août, se penche sur tous les secteurs d’activités de la collectivité – municipal, industriel, commercial et privé, incluant les actions bénévoles – et s’articule autour des critères suivants :

  • Propreté
    Ce critère s’applique à l’ensemble des efforts déployés par la municipalité, les secteurs commerciaux et institutionnels et les résidents de la collectivité en matière de propreté. Il tient compte des espaces verts (parcs, etc.), des terre-pleins, boulevards, trottoirs et rues; des propriétés municipales, commerciales, institutionnelles et résidentielles; des fossés, des accotements routiers, des terrains vacants, des pancartes et affiches, et des immeubles; des programmes de contrôle des mauvaises herbes, de la collecte des détritus (incluant mégots de cigarette et gomme à mâcher), du contrôle des graffitis et du vandalisme.
  • Action environnementale
    Ce critère s’applique aux effets des activités humaines sur l’environnement ainsi que sur les efforts et les réalisations de la collectivité en ce qui a trait aux politiques, aux règlements municipaux, aux programmes et aux bonnes pratiques quant à la réduction des déchets et à la réaffectation des dépotoirs, aux sites de compostage, aux sites d’enfouissement, à la cueillette de produits toxiques, à l’utilisation rationnelle de l’eau, à l’économie d’énergie et à l’intendance environnementale dans le cadre des principes du développement durable pertinents aux espaces verts.
  • Protection du patrimoine
    Ce critère s’applique aux efforts déployés pour conserver le patrimoine naturel et le patrimoine culturel dans une collectivité. La protection du patrimoine naturel a trait à des politiques, des plans et des actions s’appliquant à tous les éléments de la biodiversité et comprenant les écosystèmes de la flore et de la faune ainsi que les structures et les formations qui s’y rapportent. La protection du patrimoine culturel s’applique au patrimoine qui permet de définir la collectivité, soit l’héritage d’éléments tangibles (biens bâtis) tels que les édifices historiques, les monuments, les mémoriaux, les cimetières, les artéfacts, les musées et des éléments intangibles comme les traditions, les coutumes, les festivals et les célébrations. On prend aussi en considération la contribution de groupes d’intérêt, tels les sociétés d’histoire et les groupes de conservation.
  • Foresterie urbaine
    Ce critère tient compte des efforts de la municipalité, des secteurs commerciaux et institutionnels et des résidents en matière de foresterie urbaine en ce qui concerne les politiques écrites, la règlementation et les normes de gestion (sélection, plantation, entretien); les plans de gestion à court et à long terme; les politiques de remplacement des arbres, la sélection des arbres favorisant la pollinisation, les inventaires; la lutte antiparasitaire intégrée; le patrimoine et les arbres commémoratifs.
  • Paysage
    Le paysage comprend la planification, le design, l’aménagement et l’entretien des parcs et espaces appropriés aux intentions d’utilisation sur une base annuelle. Les éléments évalués comprennent : les plantes indigènes ou introduites, l’équilibre des plantes, des matériaux et des éléments construits, l’intégration judicieuse de surfaces dures et d’objets d’art, l’utilisation de pelouses et de couvre-sols. L’aménagement paysager doit également prendre en compte l‘harmonisation des intérêts de tous les secteurs de la collectivité. Les normes d’exécution et d’entretien doivent démontrer les bonnes pratiques dans la qualité de la naturalisation, l’utilisation des couvre-sols, des fleurs sauvages et la gestion des pelouses.
  • Aménagement floraux
    Ce critère tient compte des efforts de la municipalité, des secteurs commerciaux et institutionnels et des résidents en matière de design, de planification, d’exécution et d’entretien d’aménagements floraux de haut calibre. Les aménagements de fleurs et de plantes (annuelles, vivaces, bulbes, graminées ornementales, plantes comestibles, plantes favorisant le bon usage de l’eau et la pollinisation) sont évalués dans un contexte d’originalité, de répartition, d’emplacement, de diversité et d’équilibre, de couleurs et d’harmonie. Ceci s’applique entre autres aux plates-bandes et mosaïques, aux jardinières, aux bacs et aux boîtes à fleurs.